Porte de la Craffe

La Porte de la Craffe

Pour chaque Newletter, je vais essayer de vous montrer un petit bout de l'histoire de NANCY et de ses "monuments historiques", s'il vous plait ! - 54 Meurthe et Moselle

-----------

La Place Stanislas a déjà été mise à l'honneur (normal pour la plus belle place d'Europe !). J'espère qu'aux fils de ces pages, vous aimerez découvrir la Lorraine "en vrai !".

-----------

La porte de la Craffe est une porte de Nancy, imposant vestige des fortificationsmédiévales, érigée au XIVe siècle au nord de la ville-vieille.


Histoire

Unique vestige des fortifications antérieures à Vauban, la porte de la Craffe était l'unique entrée située au Nord de la ville-vieille de Nancy. Lors de la créations des bastions, au XVIe siècle, à l'extérieur de la première enceinte fut ajoutée une seconde porte dite « Notre-Dame » reliée par un tunnel à la précédente.

Description Mâchicoulis en accolades et à consoles formées d'un triple tore


La porte centrale, surmontée d'une croix de Lorraine et d'une ceinture de mâchicoulis en accolades et à consoles formées d'un triple tore, date du XIVe siècle d'un style résolument gothique. L'ensemble fut complété au XVe siècle par deux gigantesques tours rondes abritant des prisons. Au XVIIe siècle, la porte fut surmontée d'un toit avec lanternon et masquée par un porche de style classique qui fut restauré dans un style gothique au XIXe.

Anecdote

On voit, au-dessus de la voûte, de part et d'autre de la croix de Lorraine, deux têtes casquées qui représenteraient les Ducs René II de Lorraine et Antoine de Lorraine. Or ces deux têtes sont la reproduction des médaillons figurant au troisième étage du portique du palais ducal et n'ont jamais représenté René II ou le duc Antoine. On pense que ces figures représentent Godefroy de Bouillon et Gérard d'Alsace mais il s'agirait plutôt de deux figures grimaçantes purement décoratives2.

Anciens noms

La Porte de la Craffe a eu d'autres noms dans le passé : porte Sacrée, porte des Bordes, porte Notre Dame, Porte Lescraffe, Porte de la République ou Porte de la Citadelle.


L'ancien nom de cet accès fortifié de Nancy était la porte des Bordes (ce mot désignait les masures abritant les malades contagieux rejetés de Nancy). Le vocable de Craffe serait apparu au début du XVème siècle ; son sens demeure mystérieux, deux étymologies semblent pertinentes : en vieux français escraffe ou grafe désignait soit un motif en forme de coquille (qui aurait décoré le claveau supérieur de la porte principale), soit une grosse agrafe métallique assemblant des pierres appareillées.

Le lanternon central fut édifié au début du XVIIème siècle, il contenait une cloche récupérée à l'église Saint-Epvre afin de rythmer les heures, de marquer le couvre-feu, les exécutions capitales et les corvées.

Dès le XVème siècle la porte fut mise à contribution comme prison.

C'est sous le règne de René II, au début du XVIème siècle, que l'on établit (à l'arrière de la porte de la Craffe en direction de l'ancien village de Saint-Dizier réduit aux Trois-Maisons pour des raisons stratégiques) un gros terre-plein ; il était destiné à renforcer la défense de la porte de la Craffe contre les performances de tir de l'artillerie naissante ; dans ce boulevard on perça une porte qui fut reliée à la Craffe par une voûte. Le décor de la porte mettait en valeur un groupe sculpté de l'Annonciation (aujourd'hui conservé au Musée Lorrain) car René II attribuait sa victoire sur Charles le Téméraire à la protection de la Vierge de l'Annonciade dont l'effigie ornait son étendard. De part et d'autre de la niche des statues, deux cartouches rectangulaires expliquent cette dédicace. Le décor était complété par les armes pleines de Lorraine et celle d'Elisé de Haraucourt (gouverneur de Nancy qui fit restaurer la porte en 1615).

ce site a été créé sur www.quomodo.com